Sondage: la majorité veut démanteler les grandes banques

Sondage: la majorité veut démanteler les grandes banques
21 janvier 2015 in Banking Claes Bell @ClaesBell Share

L’idée que l’Oncle Sam dissolve les plus grandes banques du pays peut sembler farfelue, mais la plupart des Américains sont en faveur de le faire.

Un sondage publié cette semaine par le Progressive Change Institute a montré que 58% des Américains sont favorables à la séparation de "grandes banques comme Citigroup, qui a joué un rôle important dans la crise financière et a récemment démontré qu'elles avaient encore trop de pouvoir en faisant pression pour une réforme majeure visant à mettre fin aux abus et au sauvetage des contribuables de Wall Street. "

© STEPHEN LAM / Reuters / Corbis

Certes, c’est une question de sondage assez chargée, mais une version plus subtile de la même question a toujours recueilli le soutien de la majorité en faveur d’une dissolution de la banque entre plusieurs partis:

  • 61% des démocrates sont en faveur (17% contre).
  • 47% des républicains sont en faveur (31% contre).
  • 60% des indépendants sont en faveur (24% contre).

Les électeurs et les politiciens diffèrent sur les banques

Briser les plus grandes banques du pays n’est pas une idée nouvelle. D'un ancien PDG de Citigroup à un sénateur républicain de premier plan, de nombreux actionnaires de sociétés bancaires ont exprimé leur soutien à cette idée.

En fait, un sondage Rasmussen réalisé en 2013 donnait des résultats presque identiques, 50% des Américains étant favorables à la dissolution des «mégabanques».

Alors pourquoi le concept n’a-t-il pas été légalisé?

Ce n’est pas comme si les législateurs n’avaient pas essayé. Les sénateurs Sherrod Brown (D-Ohio) et David Vitter (R-La.) Ont présenté un projet de loi en 2013 qui aurait contraint les banques disposant de plus de 500 milliards de dollars d'actifs à respecter des normes de capital beaucoup plus strictes. Cela aurait incité les plus grandes banques à envisager de se scinder pour éviter les coûts supplémentaires liés à la détention de fonds propres supplémentaires et de dettes réduites.

Mais Brown-Vitter a eu du mal à attirer l’appui du Sénat et n’a pas encore pu aller nulle part. Le fait que l’industrie financière soit l’un des principaux donateurs en financement de campagne peut être un facteur. En date du 16 novembre, les banques et autres intérêts financiers de Wall Street avaient dépensé 1,2 milliard de dollars en contributions de campagne et de lobbying combinés, selon Americans for Financial Reform.

En fait, le mois dernier, les grandes banques ont remporté une victoire décisive avec l'abrogation d'une mesure Dodd-Frank qui aurait contraint les banques à transférer certaines de leurs plus importantes transactions sur dérivés à des filiales.

Qu'est-ce que tu penses? Faut-il séparer les grandes banques?

Suivez-moi sur Twitter: @ClaesBell.